samedi 25 février 2017

Bérengère et Hugues: l'arrivée de Billings dans notre vie !

Nous sommes mariés depuis 14 ans, avons 4 enfants : 11, 7, 5 et 1 ans. Nous avons découvert méthodes naturelles quand nous avions du mal à attendre notre second enfant.
I)  Moi et ma fécondité
Je prenais la pilule pour raisons dermatologiques.
Et nous avions du scepticisme vis à vis des méthodes naturelles de régulation des naissances, en voyant autour de nous des parcours de couples amis (ayant juste lu livre) : cela ne nous semblait ni fiable ni efficace.
Nous avons donc utilisé la pilule à des fins contraceptives. Cela, dès le début de notre mariage et puis après la naissance de notre 1er enfant. C’est au cours de l’attente de notre second enfant, qui a été pour nous une épreuve, que notre regard a changé

II) Hugues : Ce que les méthodes naturelles m’ont apporté
La découverte de la méthode Billings a correspondu à une découverte progressive de notre différence d’homme et de femme. Au début de notre mariage, j’étais un peu dérouté par la façon dont Bérengère vivait les choses : Sa tendresse, son désir d’union, son humeur me semblait fluctuants et un peu imprévisibles. Je me suis rendu compte que, dans mon imaginaire, une femme était un peu comme un homme en féminin, c’est-à-dire d’un état intérieur assez constant, y compris pour ce qui concerne le désir sexuel. C’est une image qui me semble assez diffuse dans notre société de consommation, où la femme, objet de désir, apparaît comme « toujours disponible »…
J’ai peu à peu découvert la délicatesse avec laquelle appréhender la vie conjugale. Accepter la variation des attentes de Bérengère, notamment au cours du cycle féminin, n’a pas été toujours facile.
Vivre les méthodes naturelles, c’est aussi accepter pleinement ces différences : constance chez l’homme, variations chez la femme. Sources de joie et de plaisir. Il y a des contraintes, c’est vrai, mais on peu aussi les voir comme des cadeaux offerts. : Authenticité, sentiment de se respecter intégralement. Egalement, souvent, un plaisir charnel démultiplié par l’attente.

III) Bérengère : Ce que les méthodes naturelles m’ont apporté
Connaissance de mon corps
Face aux perturbations de cycles et aux difficultés à attendre enfant (pour nos 2 premiers), cette connaissance progressive a permis de mieux cibler les examens. Nous avons pu faire le lien entre perturbation du cycle et émotion, inquiétude dans notre désir d’enfant
Ce fut un appel à s’abandonner davantage, à prendre du recul. Tout cela nous a conduits à l’arrêt des traitements. Finalement nos enfants auront tous été conçus sans traitement, mais toujours dans un démarche de lâcher prise plus que nécessaire.
Emerveillement  de mes cycles
Nous sommes attentifs aux évolutions dans le cycle : préparation de l’ovulation (même si c’est parfois chaotique) puis jour sommet. Et le moment de l’ovulation qui a été détecté est ensuite confirmé lorsque règles arrivent le jour prévu. J’en suis à chaque fois étonnée !
Les  méthodes naturelles me permettent :
- de vivre en harmonie avec mon corps en apprivoisant son rythme propre et très changeant
- d’observer l’avancement du cycle et l’avènement de chaque ovulation
- de me sentir accueillie et respectée pleinement par mon mari dans cette dimension de ma féminité.

IV)Ce que les méthodes naturelles nous apportent
C’est un chemin exigeant, c’est sûr. Mais c’est une vraie joie dans notre vie de couple.
1)      Méthode exigeante, surtout dans la période d’apprentissage
-          Elle ne peut être suivie à la légère, elle nécessite rigueur et suivi quotidien.
-          Elle ne permet pas de vivre les choses complètement selon l'envie immédiate du moment, c’est sûr.

2)      Mais cela nous rend heureux car :
-          La pratique de la méthode suscite le dialogue dans domaine si intime et si important de toute vie conjugale, et l’écoute, sur nos attentes et nos désirs différents
-          Cela nous pousse à mettre des mots sur nos ressentis que l’autre ne peut pas toujours deviner.
-          Il n’y a pas de statut quo : les sujets de la sexualité et de la gestion de notre fécondité sont nécessairement régulièrement abordés, ce n’est jamais une « affaire réglée ». Cela nous fait avancer et renforce notre amour.
-          La gestion fécondité devient une affaire de couple : la femme ne gère pas toute seule sa fécondité dans son coin.
-          Devoir s’adapter au moment du cycle empêche la routine
Les périodes fécondes ou infécondes rentrent en compte dans nos retrouvailles amoureuses. Nous devons anticiper un peu ces périodes durant lesquelles nous savons que nous pourrons vivre des unions conjugales, afin de nous rendre disponibles l’un à l’autre.
Moins fréquentes que pendant les périodes de pilule contraceptive, nos unions étaient aussi devenues moins banalisées, ayant gagné en qualité et en festivité.

Conclusion :
L’observation de la méthode Billings est un chemin exigeant, mais qui vaut la peine car il nous fait avancer et renforce notre amour. La nature est vraiment bien faite… d’où la  joie de la laisser faire sans la modifier. Et elle nous parle de l’Amour de Dieu pour chacun de nous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire